Anima

Il ne faut compter que sur soi-même. Et encore, pas beaucoup

dimanche 24 février 2008

Samab's Week --- Finding Samab (The Last Day)

             

Finding samab    

                    


ça fait un sacré temps qu'il dort,jours et nuit,sans rêver ni changer de position ,de temps en temps il bouge ses membres brusquement comme s'il était réveillé ,mais il te faut juste une heur à le regarder pour savoir que ce n’est qu'un simple réflexe quand on pense endormis,vous êtes si curieux pour me demander pourquoi je suis là à regarder un être endormis,à le contempler si longuement pendant des heurs comme ceux pleins d’espoir qui habitent les couloires des hôpitaux attendant la fin du coma de leurs proches ,oui c’est comme ça mais sans les bips des appareils de surveillance ,ni les infirmières charmantes tenues blanches mains douces, juste moi et lui.
ça fait pas longtemps qu'il était à ma place ,assis sur cette chaise,il me regardait lui aussi longuement ,pendant des heurs quand je faisait mes premiers pas ,ses yeux brillantes pouvaient éclairer tout un univers de joie mais aussi de peur ,peut être j'étais pour lui cette créature étrange ,qu'il s’inquiétait de ce que je serais ,le jours ou il m’a donné un nom il l’a forgé de glace et de colère :c'est ce qui lui manquait,il m’a fallu le répéter une centaine de fois pour l'apprendre .........le sien n'était jamais si dure à apprendre,mais j'ai finit par apprendre mon nom.
Pardon mais il fait noir, j’allume les bougies?,encore une fois une de ces nuits à attendre son réveille,même si une partie de moi me dis que c’est pour demain."Comment je peut réaliser demain si je m’arrête aujourd'hui" c'est comme ça qu'il disait, souvent quand on discutaient il parle si bas ,la force est l’argument la faiblesse est la voix ,c'est autours de cette bougie qu'on dévoilaient les choses.
je disais:
-le temps !..je veut commencer par le temps
-calme toi ..tu finira par comprendre
je me frotte les mains ,heureux d'avoir l'envie de savoir ,je m'inquiétais jamais ,lui il trouvera une réponse,même si je le traîne derrière moi dans mon labyrinthe,lui il traversait les murs.
d'une mains il allume la bougie ,de l'autre il pose le cendrier
-c'est quoi le temps pour toi ?
-y'a toujours un hier un demain et un après demain,c'est comme ça qu’on connaît  le temps
ses yeux brillent
-depuis combien de temps tu es là ?
surpris je répond:
-30 minute !!
et là je découvre ma bêtise
-d'accord .....d' accord les jours sont des minutes les minutes sont des secondes et ainsi de suite ...
-alors c’est quoi à ton avis?
il savait que je ne pouvais commettre aussi grande erreur et que seulement je n'ai pas rangé mes idées comme il faut et comme pour me permettre d'y commencer il alluma une cigarette pendant que je suivais sa fumée .depuis toujours je croyais que nous vivons et nous mourrons par le temps cette chose qui coule régulièrement sans cesse uniforme lucide et continue,cette chose que son contrôle me parait-il échappe à elle même,un train sans gare avec des railles linéaires à l'infini.
-tu sais que rien n'est linéaire, que tout est cercle
-mais le temps, pourrait-il être circulaire?
-rien n'échappe à la règle
-de ce fait on peut vivre le même instant deux fois?
-deux fois oui...mais dans des endroits différents, tu es toujours là à cette heur -ci.
-mais je pourrais être ailleurs!!
Il sourit
-et si tu décide un jours de ne rien faire, être immobile, que serait ce le temps pour toi?
-mes sens me rappelleront chaque laps qui court, des changements dans les événements
-alors est il juste une perception?
c'est le moment que j'aime l'émersion totale quand il montre du doigt la destination pour me laisser choisir la route,même si je choisis la plus longue elle sera la plus facile.
-et si je me passe de mes sens aussi, il existera encore......il est la dans ma tête, en moi, une partie de moi, même privé de mon corps je subis ses contraintes des tic-tac qui contrôlent mes pensées, mais pourquoi échappe-t-il à mon contrôle? Ne suis-je pas maître de moi?
Soudain mon château s'écroule
-comment pourrais-t il être une composante de toi, alors qu'il contrôle toute la nature extérieur? Moi la bougie, ma cigarette sommes emmenés par un courant invisible, incontrôlable, par ce temps qui existe en toi, ne serais-ce exagéré de dire que nous sommes tous dépendant de toi?
-autant dire qu'on dépend les uns des autres...
J’hésite, un pas de plus me fait peur, à ce stade seule la sagesse lui fait plaisir
-est ce une composante commune à tous les esprits? Existe-t-il en nous tous, le même, pas à pas il nous guide et nous lâche lors de la mort pour nous rendre éternels?
-pourrons nous mourir après la mort?
-pourrons nous perdre ce qu'on ne possède?
Souvent quand on perd nos repères on a tendance à tout arrêter pour recommencer depuis le début ,comme la perfection n'est approchable que par la répétition, un point D quand tu accepte tout ce qu'on te dis, quand tes pensées provoquent la nausée, et tu a envie de tout rejeter .il allume sa seconde cigarette
-imagine cet univers sans les hommes....que serait-ce le temps sans ces êtres penseurs qui le réalisent?.
-le temps ne serait perceptible par aucun être, le monde serait une machine qui tourne sans cesse, comme serait une planète lointaine qui n'a aucune signification pour nous, son existence n'est utile que pour elle-même, sa disparition ne désordonne en rien le monde et ne changera en rien l'image du ciel.
-alors tu peux me dire ce que c'est le temps?
Je dois dire que c’est toujours le cas, je me sens si médiocre si petit quand je dois faire les liens, pour recomposer ce qu'il pouvait me dire dès le début sans même passer par ce chemin, je savais que pour lui la réponse ne compte pas, c’est la voie que j’empreinte.
-unique,indéfini,il nous unifie,il est en nous,il nous guide tout au long de notre parcours à la fin du chemin nous le perdons pour le rejoindre et être nous même des compagnons dans son voyage infini.
Il fait un mouvement nerveux du doigt comme pour me signaler une fatalité, j’avais oublié l'essentiel
-et ce n’est perceptible que par les hommes, tant que son existence n'est réalisée que par les hommes,le reste ce n'est que du cendre pour lui.
Je me rappel ce jours là que je suis resté 30 minutes de plus, paralysé choqué de cette grande découverte, il m’a fallu du temps pour me reprendre, mes poumons se resserrent, j’empreinte encore le chemin depuis le début, j’essais de m'échapper de moi même, de refuser chaque passage et de dire que ce n'est qu'un chemin y'en a d'autre, certes j'ai besoin du temps pour reformer ce concept.
-je vois que c'est assez pour aujourd'hui.
D’un coup brusque il écrasa la flamme qui jaillissait de la bougie entre le pouce et l'index laissant le pouvoir au noir, il me faut juste encore une réponse, une dernière poutre pour bâtir dessus tout ce qui suivra, et d'une voix si faible je disait:
-alors pourquoi nous lui avons donné deux noms si différents?
Je ne pouvais plus le voir mais j'entendais son sourire quand il disait
-d'autre lui ont en donné 99, c’est évident quand il est indéfini.

Posté par animaa à 11:44 - with - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire