Anima

Il ne faut compter que sur soi-même. Et encore, pas beaucoup

mercredi 16 janvier 2008

Laila's week - Day 3

Hier

De retour chez moi vers 4 :30PM, il pleuvait fort bien, le vent soufflait aussi, c’était une pluie douce mais continue. Dans la rue, tous les gens ont fait des petits coins des refuges pour être à l’abri de la pluie, qui ne semble pas vouloir s’arrêter. Mais moi, je n’avais pas du temps pour attendre qu’elle s’arrête, en plus que j’adores ce climat. Alors, mains dans mes poches, c’est partis pour affronter son sort. Mon pantalon commençait à devenir de plus en plus mouillé du bas vers le haut, je sens de l’humidité sur mes cuisses. Mon visage est tellement mouillé qu’il laisse couler de l’eau, je ne pense pas vouloir l’essouillé, je contemple les goûtes d’eau qui se rassemble sur mon nez avant de tomber. Waw, c’est très sensationnel un visage mouillé. Je remarque des gens avec leurs parapluies ayant peur de la pluie. Je ressens de la pitié pour eux, ils ne sentent pas la beauté de la chose, ils étaient inquiets. J’étais heureuse, je chantais même. À un certain memont, j’étais la seule qui marche dans la rue et les gens me regardaient bizarrement. Je me suis rappelé une phrase que j’ai appris de mon CD d’anglais, la phrase disait : « i like singing in the rain »
Je ne sais pas pourquoi les gens n’aiment pas la pluie.


ما فيها باس إلى فزكنا شي نهار


Une fois arrivée à l’arrêt de mon deuxième bus ; il n’y avait pas de bus, de tas de gens plutôt. 10 min après, voilà un bus qui vient. Avec tant de pluie on n’espère pas trouver une place sèche, ayant déjà nos vêtements mouillés. Le bus commença son voyage vers chez moi, voilà un mendiant age vers 70 ans, le spéciale en celui là c’est qu’il demande de l’argent à chacun, en personne, ou comme disait un homme derrière moi « kails9 ». Il a commencé sa recherche d’argent de derrière vers l’avant du bus ; 10 min après j’ai entendu des gens qui se disputent près de chauffeur. Un derrière moi disait :


شكون لي كلاها؟ داك الراجل الكبير؟ حشومة هاد الشي، تضرب راجل قد باك؟؟؟


Des bagarres en avant du bus, avec le mendiant, je me suis rendu compte qu’un jeune a donné une taloche au mendiant, alors tous les passagers se mettent à quereller le jeune :


- باش من حق تضربو؟
- ضارب راجل قد باك؟
- الله يمشيك عمى
- فين مربي نتا فين؟


Tous les passagers se mettent à donner des leçons de morale sur comment traiter les vieux et voilà un qui disait :


في فرنسا كيطلع شي شيباني اولا شيبانية للطوبيس و تلقاك كالس كتقولك:
Lève toi !    
بلا الله يرحم الوليدين ولا والو تنوض بزمنك هنا ما كين لا احترام لا والو.


Le vieux mendiant fait des vas et viens au bus. L’homme qui était assis près de moi et qui semblait avoir bien vu la scène, l’explique à ceux assise derrière moi :


1- دبا را داك السعاي كان لصقو و واقيلا كان دير ليه اليد فالجيب. وملي داك السيد قال ليه حيد عليا يديك قال ليه الشيباني مال الحمار ديال بوك؟ وهو يجمع معاه داك السيد.
2- وخا معرفت أشنو يدير ليه، راجل كبير متقيصوش
1- ما كين لي خرج على هاد البلاد قد الشراف
2- باش من حق غا يضربو؟
1- أتا سير را كون شفر شي واحد لاباس عليه وشدوه الجدرميا و قوليهم باش من حق غا يضربوه؟ را والله إلى ما تكيتي عليه بجوج تصرفيقات لشدتيه. ما بقات التقة لا فالشيبانين لا فالصغار. كلشي بحال بحال


Alors une femme derrière moi a dit :


خصهوم يحيدو السعايا فالطوبيسات


L’homme près d’elle qui semble avoir des connaissances actuelles lui a répondu :


را نيضة الحملة دابا على السعايا وغا يبداو بالعيالات مالين الدراري.. ورا  كينة وزارة خاصة بهاد شي.


L’homme près de moi leur répondais :


ودابا هادوك لي غير تيكلو طرف د الخبز مافيها باس كيطلبو غير باب الله، اما هادوك لي دايرينها حرفة لي مشكلة. أودي اش غا دير الله يزيدنا فالصبر ما بقا ميعجب.


Après un certain temps de silence, les passagers ont changé de sujet :


1- وا ما كين شي كرسي لي ما فيه شي ضاية ديال الما
2- أ الشريفة كحازي للقدام را حنا مزاحمين
3- واش أنت كيصحابك بنادم حجر تكحزو، را بنادم هداك
4- وا الطوبيس كيقطر، شوفو وحدا دايرة المضل فالطوبيس
5- الى بقات الشتا بحال هكدا را نيميرو واحد، الغلة غا تزيان
6- و ييه ملي كتكون الشتا، كلشي كيكون زين، بنادم كتلقاه فرحان
7- وغا صبرو دابا ننشفو و نسخنو بشي كويس ديال أتاي


Alors qu’on se demandais d’ou venais l’eau même dans le bus, on s’est rendu compte qu’une fenêtre était cassée et voilà une femme qui disait :


دابا را معندهومش باش يصاوبوه مساكن


Voilà l’homme derrière moi racontait à la femme près de lui pourquoi il est sorti :


أنا را غير واحد الشيباني خالي طليت عليه فحسان، أما را كنت مخشي


Juste au deuxième arrêt de bus avant chez moi, voilà une femme disait :


هذا طوبيس أولا شنو؟


Un homme qui allait descendre lui a répondu en souriant :


طوبيسة هذي


Arrivé chez moi, bien mouillée, visage pas encore essouillé. J’ai changé mes vêtements, à ma surprise, ma mère nous a préparé errfissa, j’ai fait du thé pour la manger avec, je me suis dis, voilà le meilleur plat pour un tel froid. Je ne suis pas tombé malade, mon corps est bien chaud. Je vais m’asseoir un petit peu devant mon PC, avant de regarder avec ma mère mon film préféré « dispirate house wife » et après c’est notre rendez vous avec le Maroc en mouvement. C’est vrai qu’on ne prévoit pas comment se passera une journée !!

Posté par animaa à 16:28 - with - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire